Mission laïque française

Festival littéraire du lycée international de Los Angeles

Cette année, au Lycée International de Los Angeles, c’est le goût de l’aventure, de l’exploration, des sciences qui sera à l’honneur pour le Festival Littéraire.

Sous la forme de jeux de lecture en partenariat avec les enseignants de français, le Festival littéraire du lycée international de Los Angeles est désormais inscrit dans le projet d’école. Les sélections par niveau permettent la découverte d’œuvres littéraires ou jeunesse en rapport avec le programme de littérature française. Des restitutions de lecture adaptées à chaque niveau permettent de travailler la langue française et de faire du lien entre les apprentissages. Il ne s’agit pas tant de contrôle de lecture que de permettre un pas de côté afin d’avoir un recul critique sur ses propres pratiques de lecture et de s’interroger sur la compréhension et l’appréciation.

Un événement fédérateur

Le Festival Littéraire est ainsi devenu un événement fédérateur pour les différents campus de l’établissement et permet d’établir un projet passerelle pour la liaison CM2/6ème. Cette année, certaines classes de CM2 et de sixième choisiront de travailler sur un journal de lecture. Pour les élèves de collège (Classes de 5ème et 4ème), l’accent sera mis sur l’écriture personnelle et l’utilisation du numérique en créant des blogs d’écriture et de lectures. A travers ces différents projets, les échanges, les expositions de restitutions et des remises de prix, l’idée est de travailler autour de l’esprit collaboratif et d’instaurer des réflexes littéraires chez nos élèves. La mise en place d’une campagne de promotion du Festival Littéraire avec de superbes affiches et des marques pages réalisés pour l’occasion est également une découverte chaque année pour les élèves et les enseignants et valorise le contexte du Festival Littéraire.

Un projet transdisciplinaire

La thématique de l’aventure choisie cette année est en rapport avec les lectures des élèves qui ont découvert Jules Verne pendant leurs lectures d’été. Il s’agit aussi de faire du lien avec un EPI consacré à Jules Verne en 5ème en lien avec l’enseignement de littérature et de technologie.
Cette idée se retrouve également dans l’approche du concours pour les sixièmes qui doivent réaliser un journal de lecture pour le Festival littéraire en intégrant dans leurs lectures des ouvrages de Stephen Hawkins qui fera l’objet d’un projet en Education aux Médias et a l’Information et en mathématiques.

La rencontre d’un auteur Daniel Sweren-Becker qui vient parler de son ouvrage The One est également un moment fort du Festival cette année. La thématique de son roman portant autour de la tolérance et de l’intelligence artificielle en lien avec le programme de français permet un véritable échange sur des sujets d’actualité et d’éthique avec les élèves de troisième… Ainsi la littérature sort du cadre de la classe et de la bibliothèque et est susceptible de s’inscrire dans une dimension extrascolaire.

Une ouverture vers l’extérieur

Le Festival littéraire évolue, change, se métamorphose chaque année pour s’inscrire dans le monde qui nous entoure. La diffusion de travaux des élèves par notamment le compte twitter du Centre de Documentation, la réalisation de blogs journaux de lecture accessible sur le web sur le niveau 4eme permet de faire sortir ce projet de l’établissement et de montrer que la littérature peut faire partie du paysage social des adolescents. Il s’agit également de valoriser des moments d’échanges en classe ou encore de la liaison entre les CM2 et les 6emes. Cette année, des partenariats sont en réflexion avec d’autres établissements afin de sortir la littérature des murs de l’école ; le travail des classes de secondes dans le cadre de la rentrée littéraire a notamment inspiré des projets dans d’autres établissements. A l’heure de l’hyper-communication, la littérature devient un sujet de discussions comme les autres pour les élèves.

 

Supportez le Festival littéraire La petite boutique
sur Twitter : @csidoclila #festivallitterairela

Par Marjorie Decriem, professeur documentaliste au Lycée International de Los Angeles