Mission laïque française

Première édition du Digital Month au Lycée International de Los Angeles

Dans un but de collaboration et de formation citoyenne, un « Digital Month » consacré aux différents sujets autour du numérique est organisé au mois de décembre au Lycée International de Los Angeles.

Accompagner les élèves et les aider à devenir des citoyens responsables dans un monde où le numérique tient de plus en plus de place est un défi relevé par les établissements du réseau mlfmonde. Au lycée international de Los Angeles, l’éducation « au numérique » fait l’objet d’actions concrètes.

Des thématiques transversales

En relation avec les actions éducatives de l’Heure du code organisée en classe de technologie, des ateliers thématiques sont organisés au Learning Center : une exposition autour de la sécurité en ligne est affichée au sein de l’établissement pour permettre de discuter avec les élèves de manière informelle et d’organiser des visites « guidées », et un livret explicatif accompagnant l’exposition permet d’aborder différentes dimensions sur lesquelles réfléchir autour du numérique.
Des actions en lien avec l’EMI et en partenariat avec différents professeurs en français et d’histoire géographie sont organisées dans le cadre de ce mois du Numérique. Ainsi les élèves de 6è étudient l’histoire de l’Internet et les héros du Web et participent à la création d’un blog dans le cadre du concours Blogue ton école, abordant ainsi les questions de législation et des codes d’écriture sur le web. Les classes de 5è réfléchissent sur l’identité numérique et ceux de 4è travaillent sur les usages des assistants vocaux (type Alexa, Siri, OK Google) et la provenance des informations fournies par ces nouveaux médias d’informations. La notion de surveillance au sens large (géolocalisation, partage et traitement des données) est traitée par les élèves de 3è.

Une éducation collaborative

L’éducation au numérique s’envisage dans un dimension collective. Dans une optique de partage, les élèves ont des connaissances à apporter et sont à même de les transmettre à leurs pairs ; dans la mise en place d’un contexte motivant, l’éducation au numérique ne peut pas être uniquement dans la transmission mais bien dans le faire et le réfléchir, dans l’action et la discussion. Des actions collaboratives ont été mises en place. Les 5è ont abordé l’identité numérique à travers un jeu collaboratif dont le but est de devenir des « Data experts » en utilisant les connaissances de chacun : en groupe, les élèves écrivent sur un Post-It des questions relatives à leurs profils numériques et leurs usages des réseaux sociaux.
Un second temps est consacré aux échanges au sein du groupe afin de mettre en commun et d’essayer des répondre tous ensemble aux questions posées. Afin d’enrichir encore les discussions, les différents groupes ont la possibilité de faire un appel à un autre groupe de data experts ou au professeur, le super data expert. L’objectif ? obtenir des réponses les plus complètes possibles autour des différentes questions. Les questions les plus fréquentes feront l’objet d’une analyse complémentaire en classe.
Les élèves de 6è sont également sollicités pour réfléchir autour de la thématique : « Internet ami ou ennemi ? » afin d’organiser un débat argumenté en lien avec le parcours citoyen.
Pour les classes de 3è et de lycée, c’est  au travers du Club Zénon (discussion en ligne) consacré aux controverses médiatiques et numériques qu’ils alimentent deux dossiers thématiques : Sommes-nous toujours surveillés ? et Internet rend-il méchant ?

C’est la première édition du mois du numérique et il est prévu de l’inscrire dans la durée ; l’organisation de cet événement en lien la participation à l’Heure du code, en sciences et technologie,  est une piste intéressante pour devenir un moment fort de la vie de l’établissement.

Découvrez le programme du Digital Month

Les sujets du Club Zénon
Internet rend-il méchant ?
La surveillance, à quel prix ? 
Le jeu « Data expert »
Twitter : @csidoclila #DigitalMonthLA

Une contribution de Marjorie Decriem, professeur documentaliste et David Agostini, professeur de technologie au Lycée International de Los Angeles.