Mission laïque française

Un conseil scientifique pour accompagner le réseau mlfmonde

conseil scientifique - banniere

Face aux défis de l'enseignement français à l'étranger, la Mlf s'est entouré d'experts pour l'accompagner sur les questions de formations et d'évaluation au sein de son réseau. Ce conseil scientifique poursuit plusieurs objectifs au service de l'ingénierie pédagogique de l'association.

La Mission laïque française est une association qui promeut hors de France la présence de la langue et de la culture françaises par l’éducation. Elle crée, gère, accompagne des établissements scolaires qui cherchent la reconnaissance de l’Etat (homologation), mais aussi des écoles d’entreprise pour le compte de grandes entreprises installées à l’étranger ; elle anime des actions de coopération éducative à la demande d’institutions publiques ou privées qui la sollicitent pour son savoir-faire. 

Ses relations avec l’Etat sont établies par deux conventions : avec le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, avec le Ministère de l’Education nationale et de la Jeunesse. 

Le savoir-faire de l’association est plus que centenaire : la Mlf agit dans des contextes nationaux divers, elle scolarise en majorité des enfants nationaux mais aussi des enfants français, notamment là où elle assure une mission de service public. Elle s’appuie pour ce faire sur des ressources humaines variées : personnels français détachés du Ministère de l’Education nationale, personnels nationaux de recrutement local qui constituent la majorité des professeurs.

La Mlf a acquis la conviction que l’enseignement français hors de France (EFE : enseignement français à l’étranger) ne peut qu’être interculturel et acteur de coopération, au regard de ses conditions de mise en œuvre dans des pays souverains.

Ses équilibres et les conditions de son avenir déterminent une proactivité pour que le programme français reste attractif, ce qui suppose de relever quelques défis. Quels sont-ils ? 

Grandir dans un établissement du réseau mlfmonde

Les défis de l’enseignement français à l’étranger

Le premier défi tient à la capacité de l’enseignement français à s’inscrire et se développer dans des contextes nationaux, diversement accueillants, soit qu’il s’agisse de modèles culturels dominants (Amérique du Nord), ou souverains voire protectionnistes ou encore très éloignés de notre culture. Même dans les pays de fidélité francophone, il ne faut pas exclure que le modèle anglo-saxon accroisse son emprise, en tout cas, il faut s’y préparer en interrogeant la demande.

Dans tous les cas de figure, l’attractivité scolaire française, qui reste forte, peut être défiée par des insuffisances au regard de nouvelles exigences dans la demande sociale : le concept de vie scolaire réussit – il tend partout à installer un traitement de l’élève attentif, « bienveillant » pour reprendre l’expression en usage ?

Le rôle des parents dans l’école fait l’objet de revendications croissantes de leur part. La place de la recherche dans la quête de modes de transmission à la fois plus éclairés et partagés est parfois congrue. Voilà des domaines encore à déchiffrer et défricher au regard de l’habitus scolaire français, avec des handicaps possibles à l’extérieur du fait que l’enseignement est transmis par des enseignants nationaux issus d’une culture d’origine écartée de ces attentes et qui longtemps ont été recrutés et formés « sur le tas ».

ressources humaines - conseil scientifique

Ainsi, les ressources humaines sont partout pointées comme le grand défi de l’EFE alors même que cette exigence était naguère encore en sourdine, tant la demande était forte. C’est en termes de recrutement et de qualification des professeurs dont elle veut être sûre que la communauté parentale interroge l’école, au regard des conditions de réussite des élèves. L’association estime d’autre part que la transposition des modalités de formation en usage en France sont insuffisantes à l’étranger compte tenu de la réalité des établissements : privés, payants, très largement responsables de la constitution de leurs ressources humaines et financières. Ils sont maîtres de leur projet qui doit s’entendre non pas comme une injonction institutionnelle mais comme la seule manière de créer les conditions d’une culture commune qui fasse sens dans l’accueil et la formation des élèves.

L’évaluation reste assez largement étrangère aux établissements d’enseignement français hors de France. Le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse en fait un objectif important de ses évolutions en cours (« Ecole de la confiance »).

La Mlf a inauguré cette année un mode expérimental d’évaluation avec le Grand lycée franco-libanais de Beyrouth (GLFL).. L’exercice privilégié, sur le contrôle, la construction d’un collectif apprenant, c’est-à-dire lucide sur ses pratiques (auto-évaluation), sur la connaissance du profil des élèves accueillis et la réalité de la demande sociale, responsable dans la qualité de la relation avec les parents, avec les élèves, avec les partenaires et entre eux, enfin réunis par la capacité et la résolution à bâtir ensemble un projet qui dès lors devienne une nécessité, sans s’imposer de façon injonctive de l’extérieur. Avec la crise sanitaire, le projet conduit par Frédérique Alexandre – Bailly n’a pu être mené à son terme. Il sera repris dès que les conditions le permettront.

encadrement des personnels de direction - conseil scientifique

Mais il n’y a pas de collectif apprenant sans une organisation et un management qui le soutiennent. Il s’agit là de questions assez nouvelles pour notre réseau scolaire, qui a priori s’appuie sur des personnels d’encadrement bien formés, mais dont le savoir-faire est interrogé par les contextes dans lesquels ils interviennent.

Cela suppose des outils plus adaptés: préparation au départ, réflexion individuelle et collective sur le management d’établissements visant la qualité, la transparence, l’adhésion au projet, tout cela au service de leur propre image et de celle de l’association qui les porte. 

La recherche au service d’une pédagogie innovante

Le scolaire est pensé par la recherche, et ses personnels enseignants formés par l’université ; sans doute est-il encore insuffisamment acteur de son développement avec la recherche. Dernièrement pourtant, les neurosciences ont modifié le paysage parce qu’elles rencontrent une attention sociale soutenue, et ont de façon soudaine, interrogé les processus d ’apprentissage et donc les professeurs.

La Mlf y a réagi rapidement en investissant ce champ particulier ; au-delà, elle estime nécessaire d’être entourée de conseils qui lui permettent dans les différentes parties de son projet pédagogique, d’être en veille sur les apports de la recherche à l’évolution possible de la pédagogie. Hors de France où la concurrence est souvent rude, cet atout n’est pas à négliger. 

Ces derniers mois notamment, la Mlf a conçu un dispositif de formation qui à la fois soit adapté aux contextes de l’enseignement hors de France (plurilingues, pluriculturels), qui soit à la main des personnels de sorte qu’ils puissent y entrer en fonction de leur appétence, de leurs besoins propres, de leurs niveaux de formation, enfin qui soient certifiés par une expertise de niveau universitaire et conduisant à des formes de qualifications attendues de l’institution et des parents. 

développement professionnel - conseil scientifique Mlf

C’est cette triple entrée par les contextes influant sur la pédagogie, par les besoins de l’établissement et par l’initiative personnelle qui invite la Mlf à parler de développement professionnel plus que de simple formation. 

Des experts engagés accompagnent la Mlf dans cette construction; mais à ce stade, ils agissent de façon séparée. En les réunissant autour des priorités de son projet, la Mlf envisage d’augmenter, diversifier, affiner la force de leur proposition, et réciproquement de leur donner une capacité d’approche accrue des problématiques de l’enseignement français hors de France, quand beaucoup d’entre eux travaillent sur le monde scolaire hexagonal et souhaitent cette ouverture vers l’international. 

Pour la Mlf enfin, le développement professionnel, central dans une stratégie « qualité », n’est pas dissociable de la problématique de l’évaluation qui traverse à la fois les apprentissages des élèves, les choix et les pratiques pédagogiques et finalement l’établissement dans son ensemble, comme la somme des forces qui concourent à la réussite des élèves.

Un conseil scientifique au service de l’ingénierie pédagogique

La Mlf a choisi de réunir en conseil scientifique, sous la direction de l’association, ces experts déjà mobilisés au service de son projet et de son service d’ingénierie pédagogique, sur les questions de formation et de l’évaluation ; il s’agit d’une instance d’expertise, de réflexion, de proposition et d’évaluation qui a pour objet de :

  • Accompagner le projet de l’association dans les deux dimensions prioritaires de son projet sur la qualité des ressources humaines et l’évaluation.
  • Donner aux experts une vision globale et partagée du projet de la Mlf, favoriser une communication entre eux qui construise une véritable équipe « projet » aux côtés de la Mlf et traitant de la formation et de l’évaluation; en même temps, permettre aux experts de développer leur propre savoir-faire à l’international.
  • Conseiller la Mlf sur les modes d’appropriation par ses établissements de l’offre de développement professionnel
  • Constituer auprès de la direction de la Mlf une instance de médiation entre la recherche et les pratiques professionnelles dans une perspective de changement ; permettre à la Mlf de mieux articuler la recherche aux stratégies de formation du réseau : plurilinguisme et interculturel, disciplines et interdisciplinaire, sciences cognitives dans le développement de l’enfant et les apprentissages, contribution critique à l’apport du numérique pédagogique, l’enseignement du fait religieux, relationnel et éthique au sein des établissements, etc…
  • Aider la Mlf à construire le cadre théorique et méthodologique des actions d’évaluation de l’offre de formation et de développement professionnel, et au-delà, de la qualité de l’offre des établissements. – Compléter, élargir l’offre de développement professionnel du réseau mlfmonde et l’aider à mobiliser les ressources en conséquence.
  • Participer en tant que conseil scientifique, à la création, l’organisation et à la reconnaissance universitaire de centres de formation locaux (Maroc, Côte d’Ivoire) en partenariat avec des universités nationales
  • Mettre à disposition des acteurs, parents compris, des recommandations et des outils pédagogiques fondés sur la recherche, l’expérimentation et la comparaison internationale. 
Présentation des membres du conseil scientifique de la Mlf
  • Frédérique Alexandre-Bailly, directrice générale – ONISEP ;
  • Ange Ansour, directrice du programme – Les Savanturiers – Ecole de la Recherche
  • Alain Bouvier, recteur, professeur associé à l’université de Sherbrooke, rédacteur en chef de la revue internationale d’éducation de Sèvres, Directeur de la collection profession cadre service public
  • Serge Bouchardon, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, littérature numérique – écriture numérique – Université de Technologie de Compiègne (UTC)
  • Emmanuelle Canut, professeure des universités – sciences du langage ; acquisition/apprentissage du langage et didactique des langues – Université de Lille
  • Jean-François Cerisier, directeur du laboratoire, enseignant chercheur en sciences de l’information et de la communication – Université de Poitiers
  • Bertrand Commelin, directeur du développement des relations européennes et internationales du Cnam
  • Sylvain Connac, enseignant-chercheur en sciences de l’éducation – Université Paul-Valéry de Montpellier
  • Marc Durando, directeur exécutif – European Schoolnet à Bruxelles ;
  • Philippe Gaudin, directeur – IESR (Institut européen en sciences des religions, Ecole pratique des hautes études)
  • Marcel Lebrun, professeur, conseiller en technologie de l’éducation – Institut de pédagogie universitaire et des multimédias de Louvain
  • Eirick Prairat, professeur de philosophie de l’éducation – Université de Lorraine
  • Pascale Toscani, docteure en psychologie cognitive, responsable du laboratoire GRENE Monde -Université de Montpellier
  • Samuel Voisin, directeur adjoint formation INSPE (Institut National Supérieur du Professorat et de l’Education) Normandie – Caen
  • Zona Zaric, chercheuse en philosophie morale et politique – ENS (Ecole Normale Supérieure)

Un accompagnement renforcé pendant la crise sanitaire

visio conférence - conseil scientifique

Le conseil scientifique se réunit au moins une fois par an sur un ordre du jour proposé par la direction générale de la Mlf. Pendant la crise sanitaire du Covid-19, les experts ont accompagné la direction et les équipes pédagogiques autour des nouveaux enjeux liés à l’enseignement à distance et à la formation des personnels.

Ainsi, plusieurs rendez-vous de visioconférences ont été mis en place afin d’accompagner les prises de décision nécessaire suite à cette situation inédite : 

  • Que devons-nous tous retenir d’une crise de cette ampleur, en particulier du basculement soudain dans le numérique vécu par notre école ?
  • Quels acquis tirera-t-on de cet épisode inédit pour faire évoluer nos modes de transmission et de relations au sein de la communauté éducative, mais aussi d’évaluation ?
  • Comment se représenter pour l’avenir un mode de formation qui développe l’initiative, la lucidité individuelle et collective sur les pratiques, et instille comme on le voit en ce moment ?

Par ailleurs,, Pascale Toscani, docteure en psychologie cognitive, Alain Bouvier, recteur, professeur associé à l’université de Sherbrooke, Marcel Lebrun, professeur, conseiller en technologie de l’éducation et Sylvain Connac, enseignant-chercheur en sciences de l’éducation; ont tous les quatre proposés des conférences d’accompagnement liées aux nouvelles problématiques de la crise sanitaire. Des interventions plébiscités qui ont été suivis chaque fois par plus d’une centaine de membres du réseau mlfmonde.

Tribune - conseil scientifique

Sur un autre plan, le recteur Alain Bouvier a partagé avec nous, par ses tribunes publiées sur le site mlfmonde.org, ses réflexions sur le système éducatif français touché durablement pendant la crise du Covid-19.

Le conseil scientifique de la Mlf confirme les orientations stratégiques de la Mlf en terme d’innovation pédagogique. Résolument tournée vers l’avenir et les nouveaux enjeux de l’école, il saura accompagner la Mlf à la rentrée scolaire prochaine qui s’annonce pleine de défis.