Mission laïque française

Sc@ndale à la cour !

Sandale à la cour

Dans le cadre du parcours "individu, morale et société", des lycéens du lycée franco-libanais Nahr Ibrahim ont réalisé un magazine à scandales à partir d'un roman du XVIIe siècle. Une idée originale de Séverine Platek, professeure de lettres modernes

Ecrits d’appropriation

Dans le cadre du parcours « individu, morale et société », des élèves du lycée franco-libanais Nahr Ibrahim ont réalisé un magazine à scandales sur le modèle de la Presse People. Au programme de la classe de première, la lecture du roman de Madame de Lafayette La Princesse de Clèves. Considéré comme le premier « roman d’analyse psychologique », il se consacre pour grande partie à l’exploration des sentiments des personnages.

Entre pastiche et parodie littéraire, les élèves ont effectué un travail d’écriture d’appropriation en s’inspirant des histoires galantes qui émaillent la vie de cour du roi Henri II.

Du projet à la réalisation

La difficulté de se procurer une version papier de l’œuvre ainsi que la complexité d’aborder la langue du XVIIe siècle ont incité l’enseignante à lire en visio les dix premières pages du roman aux élèves. Ils en ont poursuivi seuls la lecture.

Après avoir établi les relations interpersonnelles des protagonistes en situation de classe entière, les élèves ont poursuivi seuls la lecture du roman. En amont du projet d’écriture, la classe s’est penchée sur la presse à scandale, ses lignes éditoriales, les contenus, la mise en page.

Les galanteries, les passions amoureuses et les rumeurs de cour ne sont pas sans rappeler la narration moderne, notamment via les réseaux sociaux, de la vie privée des personnalités publiques et des célébrités. C’est en toute autonomie que les élèves ont conçu, réalisé et baptisé le magazine.

Madame de La Fayette s’était déjà emparée de faits et personnages réels pour les transformer. La production finale que nous offrent les élèves illustrent leur travail d’écriture d’appropriation : une vue actuelle d’une œuvre composée il y a 3 siècles, elle-même accueillie en son temps par des polémiques. Vous avez dit modernité ?