Mission laïque française

Sensibiliser et prévenir : une campagne contre le harcèlement au lycée Lamartine de Tripoli

Campagne contre le harcèlement au lycée Lamartine de Tripoli (Liban) 2016-2017

"Apprendre, ça se fait dans n’importe quel endroit, mais apprendre la culture et l’intelligence ne peut se faire que dans une école qui tient compte du bien-être de l’élève." Tel pourrait être le slogan de cette campagne au lycée Alphonse de Lamartine de Tripoli.

Libérer la parole des élèves, lever les doutes sur la gravité des actes, éduquer à la différence, autant d’objectifs que ce sont fixés les organisateurs d’une campagne contre le phénomène du harcèlement au lycée franco-libanais Alphonse de Lamartine depuis le mois d’octobre 2016.
« Il s’agit de prévenir, d’expliquer mais également de dédramatiser, expliquent de concert Mme Massonnat, CPE, et Mme Hachem, psychologue clinicienne exerçant également en milieu scolaire, à l’origine de ce projet. La réussite d’une école, c’est aussi le bien-être des élèves qui s’y côtoient tous les jours. »

S’appuyant sur le travail de dépistage ou d’interventions directes de ces dernières années, l’équipe éducative s’est donc lancée dans une plus vaste opération de prévention, associant élèves, professeurs et parents d’élèves au travers de différents « temps forts » avec l’ambition de faire respecter ce droit fondamental pour chaque élève : celui d’apprendre dans un climat serein et bienveillant.
Adaptant chaque action – de l’intervention dans les classes de primaire et secondaire à une campagne d’affichage et à un dialogue entre les élèves – en fonction de l’âge et des problématiques ciblées, ce plan de sensibilisation a donné lieu à des discussions, des prises de conscience voire des confessions de jeunes s’interrogeant parfois sur leur propre attitude. « Nous avons ainsi décelé des comportements qui auraient pu dévier vers une forme de harcèlement, confirment les organisatrices, et écouter des enfants qui, sans être réellement harcelés, pouvaient en ressentir la crainte. Nous commençons à percevoir les effets de ce travail, menés également avec les enseignants. L’impact positif se ressent également sur la communication entre les élèves ».

Moment-clé de l’opération, des conférences destinées aux lycéens étaient également organisées. Et quoi de mieux pour leur parler d’un sujet aussi sensible que le scénariste et acteur de Ghadi, fable moderne sur le thème de la différence au succès international ? C’est George Khabbaz en personne qui s’est lancé dans un dialogue à la fois grave et sérieux avec des élèves enthousiasmés par la présence de cette personnalité du monde du spectacle libanais et également très attentifs à ses propos, mélange d’expérience personnelle et professionnelle, empreints d’un humanisme auquel chacun a été sensible.

La campagne n’est pas terminée… elle est à suivre sur le site du lycée : « Nous préparons de nouveaux événements », révèlent les deux responsables.
Nul doute que les objectifs de cette opération seront très vite atteints.


Par Stéphanie Jouan, proviseure adjointe, Lycée franco-libanais Mlf Alphonse de Lamartine de Tripoli (Liban)