Mission laïque française

Quand l’inter-CVL de #MlfLiban échange sur la laïcité

Le 28 février 2018, deux à trois représentants de six établissements du réseau #MlfLiban (lycée Alphonse de Lamartine à Tripoli, Grand lycée franco-libanais (GLFL), lycée Verdun et lycée AbdelKader de Beyrouth, lycée Nahr Ibrahim de Jounieh, lycée Habbouche-Nabatieh) se sont réunis en inter-CVL pour débattre de la laïcité. La journée était couverte par des élèves des webradios du lycée Lamartine et du GLFL.

Le 28 février 2018, deux à trois représentants de six établissements du réseau #MlfLiban (lycée Alphonse de Lamartine à Tripoli, Grand lycée franco-libanais (GLFL), lycée Verdun et lycée AbdelKader de Beyrouth, lycée Nahr Ibrahim de Jounieh, lycée d’Habbouche-Nabatieh) se sont réunis en inter-CVL pour débattre de la laïcité. La journée était couverte par des élèves des webradios du lycée Lamartine et du GLFL.

Les élèves ont travaillé en ateliers autour des questions qui avaient été rassemblées en vue de cette journée.

Ils parviennent aux conclusions suivantes :

  • Le principe de laïcité est clairement défini mais, compte-tenu des contextes très variés des établissements, l’application du principe diffère notamment sur la question des signes religieux. Certains établissements acceptent les élèves voilées, dans d’autres établissements cela n’est pas accepté et dans d’autres, la question ne se pose pas. Les élèves des différents établissements ont alors échangé sur le fait qu’interdire un signe religieux pouvait être incompatible avec l’objectif de tolérance affiché. D’autres élèves soulignaient la nécessité de ne pas trop mettre en avant son identité religieuse sans pour autant la nier. Un débat dans les établissements semble nécessaire. Au-delà des signes religieux, nous avons mis en avant l’importance d’un enseignement laïque commun à tous les établissements quel que soit le contexte confessionnel dans lequel il se trouve. Si ce point n’était pas évident pour les élèves, ils ont ensuite pris conscience de son importance notamment dans les cours de SVT et histoire-géographie. Les élèves précisent que la religion est intimement liée au politique au Liban, ce qui confère un sens particulier à la laïcité (laïcité=neutralité religieuse=neutralité politique).
  • Si le choix d’un établissement de la Mlf repose sur plusieurs critères (taux de réussite aux examens, réseau, qualité de l’enseignement notamment en français…), plusieurs élèves ont souligné le choix d’un climat scolaire serein quelle que soit l’appartenance religieuse de l’élève. Mettre son enfant dans un établissement Mlf, c’est avoir une certaine garantie de ne pas être embêté pour sa religion.
  • Au-delà de la question des signes religieux et notamment du port du voile, les élèves sont unanimes pour dire qu’ils sont dans des établissements laïques notamment car ils bénéficient d’un enseignement laïque et que leur appartenance religieuse n’est pas leur identité première mais un des éléments de leur identité.
  • Les élèves soulignent le fait que la formation dans un établissement de la Mlf confère aux élèves qui en sortent une spécificité forte au Liban. Ils disent qu’ils « sont laïques ». Cette identité les distingue dans la mesure où ils se considèrent plus ouverts aux autres et plus habitués à voir le monde avec un autre regard.