Mission laïque française

Murielle Ahouré : l’athlète rencontre les élèves du Lycée international Jean-Mermoz

Le 11 octobre 2018, Murielle Ahouré, la sprinteuse Ivoirienne championne du 100 m s'est rendue au Lycée international Jean-Mermoz d'Abidjan pour échanger avec les élèves de première et terminale.

Murielle Ahouré, athlète ivoirienne, s’est rendue le 11 octobre 2018 au Lycée international Jean-Mermoz d’Abidjan. Un temps fort pour les élèves de première et terminale qui ont pu échanger avec une personnalité du monde sportif.

Elle a été accueillie par Sylvie Dupeyron, proviseure, Sylvie Maudire, proviseure-adjointe, Claudine et Gilbert Raudrant, et tous les personnels de l’établissement. C’est « Amermoz », l’association des anciens élèves, présidée par Jean-Louis Menann-Kouamé (photo) qui a piloté cette rencontre avec pour thème « Comment garder un mental de champion ? ». Cette association a pour mission de conserver un lien entre les anciens étudiants du Lycée international Jean Mermoz et ainsi créer un réseau à travers trois valeurs fondamentales : rassembler, collaborer et avancer. Murielle Ahouré, ayant elle-même effectué sa scolarité dans l’établissement a pris sa mission à cœur en répondant aux questions des lycéens.

À l’issue de cet échange, elle est revenue sur son parcours « Le déclic de l’athlétisme m’est venu quand j’étais à l’Université de Miami à 17 ans. La première fois que j’ai couru devant mon professeur de gymnase, il a trouvé que mon record était celui d’un homme. Il m’a encouragé et m’a galvanisé à continuer. » Suscitant un grand intérêt, les questions se sont enchaînées durant environ deux heures autour de la carrière de l’athlète, ses moments de gloire et d’échec mais aussi ses recettes et anecdotes pour devenir meilleure. Elle a confié notamment sa routine avant les compétitions : « Avant chaque course, je ne parle à personne sur le terrain, excepté mon coach et mon kiné. Je m’isole derrière mes écouteurs, concentrée à 100% sur la ligne d’arrivée. Je ne me laisse distraire par quoi que ce soit. Je suis focalisée sur mon objectif : finir la course ». Plusieurs fois vice-championne sur les épreuves de sprint de 60, 100 et 200 m entre 2012 et 2014, nommée ambassadrice d’Unicef depuis le 1er octobre 2018, la sprinteuse porte un message fort. Pleine d’ambitions, elle se prépare pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 et a confié vouloir par la suite s’investir encore plus dans l’humanitaire : « Je veux ouvrir un centre de haut niveau, pas forcément dans le sport, pour donner l’opportunité aux démunis de vivre et d’apprendre un métier ».

Une belle source d’inspiration pour les futurs bacheliers du LIJM.