Mission laïque française

Le jeu vidéo pour sensibiliser à la protection de l’environnement

Le jeu vidéo revêt de multiples visages : sa définition et son champ d’action ne font que s’élargir au fil du temps qui passe.

Le jeu vidéo n’est-il qu’une forme de divertissement ? Est-ce de l’art ? Un moyen d’expression ? Le jeu vidéo, une industrie en plein essor et une forme d’art peu encore explorée. Et éventuellement un support pédagogique à haut potentiel. Les enseignants de l’école française internationale de Djeddah ont proposé aux élèves de devenir acteur en fabriquant des jeux vidéo pour sensibiliser à la protection de l’environnement. 

La création de jeu vidéo est un projet interdisciplinaire par excellence : langue et langage (communiquer autour de son projet, création d’une notice, texte contenu dans le jeu), mathématiques (algorithme…), arts visuels (les graphismes), éducation musicale (paysages sonores, bruitages, musique du jeu)… Les apports de toutes les autres disciplines interviennent en fonction des projets comme par exemple l’éducation à l’environnement cette année à Djeddah.

Etape 1 : Par groupe de 5, les élèves des CM2 ont commencé par développer un projet à partir d’une idée. La créativité était au rendez-vous : jeu de plateforme où il faut sauver faune et flore en danger, jeu où le joueur incarne une plante qui doit éviter nuage de pollution et pesticide tout en s’abreuvant en eau non polluée, jeu où le joueur visite une maison où il doit intervenir pour économiser l’énergie, tortue qui doit se nourrir de méduses en prenant soin d’éviter les sacs en plastiques … A ce stade, il faut savoir vendre son idée pour convaincre ses coéquipiers. Puis, imaginer sur papier les manières d’interagir avec le jeu, les règles du jeu, les décors, les sons… se répartir les tâches dans le groupe, diviser ce qui peut sembler être très complexe en plusieurs tâches simples, une initiation à la gestion de projet collaborative.

Etape 2 : le graphisme. Certains s’arment de feutres et de feuilles de papier. Le scanner permettra la conversion numérique. Certains recyclent des images libres de droit recherchées sur Internet. D’autres utilisent des outils de dessin numériques pour créer leurs objets et décors.  

Etape 3 : Vient ensuite la programmation avec Scratch, un environnement de programmation plébiscité au collège mais aussi un véritable studio de création multimédia. Conditions et boucles permettent de créer les petits algorithmes qui permettront de donner vies aux graphismes et aux interactions avec le joueur. 

Cette année, une quinzaine de jeux vidéo a été créée et ils ont été présentés dans l’établissement le 20 juin au cours d’une matinée où les élèves ont pu s’auto-évaluer et choisir la meilleure création de l’année. 

Une contribution de David Sergent, référent numérique et Jean-Michel Pavot, directeur des sections primaires.