Mission laïque française

« J’analyse ce que je suis et ce que j’ai été, et cela fait naître ce que je deviens… »

Inter CVL de janvier 2018 - Lycée français de Castilla y Leon

Des idées fortes pour des actions concrètes de terrain auprès de leurs camarades, voilà, en substance, le déroulé de l’inter-CVL qui a réuni une vingtaine d’élèves du 23 au 25 janvier au lycée français Mlf de Castilla y León (Valladolid, Espagne), autour du thème de l’orientation.

Paroles d’élèves
« Dans mon lycée, beaucoup d’élèves voient l’orientation comme un problème puisqu’ils ont toujours été orientés par leurs parents qui ont décidé pour eux. Au moment de choisir, ils ne savent pas s’orienter seuls et renvoient la faute sur les profs. »
« L’orientation c’est aussi savoir quelle place on veut occuper dans la société » « Pour avoir une place dans la société on doit avoir une idée de nous-mêmes, avoir un projet : on a besoin de trouver ce qu’on veut faire pour pouvoir gagner notre rôle dans la société »
« Ma vision c’est que parfois l’orientation et l’éducation en général sont trop catégoriques, ne cherchent pas l’épanouissement des élèves en tant que personnes, mais plutôt à les classer : dès la seconde, on a des filières qui nous empêchent de choisir nos matières. La réforme du bac à venir me semble beaucoup mieux car plus en adéquation avec l’épanouissement de l’élève en tant que personnes. »
« Si on ne se spécialise pas, on ne pourra pas bien exercer notre métier. Il ne s’agit pas tant de retarder le choix, qui doit se faire de toute façon car pour bien faire son travail il faut se spécialiser à un moment, mais les filières du lycée sont trop catégoriques. Le système devrait être plus souple, permettre plus d’ampleur. »
« Le risque dans un tel système c’est que les élèves aillent tous vers le choix plus généraliste et que personne in fine ne se spécialise. En Italie, dès l’âge de 13 ans, les élèves doivent se spécialiser. Dans le système français, la seconde est générale, c’est plus souple. Le lycée doit nous aider dans ce choix : souvent on se sent seul ou on est trop pressé par les choix que nous imposent nos familles ou l’école : on devrait avoir plus de liens avec des professionnels, pour savoir où on va et ce qu’on va faire, plus de concret »
« Il faut relativiser, il faut être conscient qu’on va construire petit à petit notre chemin, de façon progressive : le choix qu’on fait n’est pas définitif»

Les rencontres inter-CVL, qui existent depuis cinq ans, réunissent chaque année des élèves élus des Conseils de Vie Lycéenne (CVL) des lycées du réseau mlfmonde en Espagne et Italie, ainsi que des représentants du CAVL* de l’académie de Paris. Après le développement durable et la démocratie en 2016 et 2017, c’est sur l’épineux sujet de l’orientation que les élèves ont échangé au travers de plusieurs ateliers de travail, accompagnés en cela par Clothilde Hanoteau, responsable du service Coaching Orientation chez L’Etudiant et Elisabeth Nouaille, conseillère d’orientation psychologue au CIO Mediacom à Paris, ainsi que par leurs conseillers principaux d’éducation, par Loïc Chatton (proviseur du lycée René Verneau de Gran Canaria) et par Sylvie Carot (principale du collège français international de Reus).

Les objectifs de cette rencontre étaient multiples : faire réfléchir les délégués à leur propre vision de l’orientation, aux enjeux qui en découlent – en terme de parcours scolaire bien sûr, mais aussi et au-delà, en terme de parcours de vie – et les accompagner dans la conception d’actions concrètes qu’ils pourront mettre en place auprès de leurs camarades, une fois de retour dans leurs établissements.

Inter CVL de janvier 2018 - Lycée français de Castilla y Leon

Dès le premier jour, les mots fusent et les lycéens dressent rapidement un premier état des lieux de leur vision de l’orientation. « Doute », « s’affirmer », « peur », « stress », « parents », l’inévitable « parcoursup », autant de termes lourds de signification pour ces jeunes pour qui l’orientation est source d’angoisse autant que de projets. Le débat s’engage autour de la question du choix et de sa temporalité, d’une spécialisation prématurée qui se ferait au détriment de l’épanouissement personnel. L’objectif de ce premier exercice de brainstorming ? Mettre en exergue les mots, les notions, le ressenti lié à l’orientation, et faire le lien avec l’exercice de la citoyenneté.

 

Le lendemain débute avec la même intensité, grâce à un jeu de rôle proposant à chacun d’endosser le rôle de conseiller d’orientation, de parent ou d’élève, en improvisant sur scène à partir de situations données. Et là encore, les échanges sont révélateurs : la pression sociale, la peur du déclassement, l’appui des parents, autant de problématiques mises en scène par les lycéens qui laissent ici transparaître leurs interrogations mais aussi leurs a priori, qui seront ensuite questionnés dans un exercice d’analyse à chaud.

Ils se livrent également à l’exercice introspectif de « l’arbre de vie », destiné à poser sur le papier ses valeurs (les racines), ses compétences et acquis (le tronc), ses objectifs (les branches) et enfin ses aspirations (le feuillage).

Inter CVL de janvier 2018 - Lycée français de Castilla y LeonLa fin du séjour approchant, il est temps pour les lycéens de mettre en commun leurs réflexions sur ces deux jours d’exercice, afin d’en tirer des actions concrètes à mettre en œuvre une fois de retour dans leurs établissements respectifs. Afin de les guider dans ces réalisations, plusieurs ateliers leurs sont proposés : la conception d’une affiche énonçant 10 conseils sur l’orientation, l’écriture d’un script d’une vidéo informative à l’usage de leurs camarades, etc.

Autour de cette dernière mise en situation, on retiendra les mots du proviseur du lycée français de Gran Canaria, Loïc Chatton et ceux de Clothilde Hanoteau :

« Vous devez vous préparer à la carrière professionnelle à laquelle vous vous destinez, mais également à votre vie. Flexibilité et adaptabilité sont les maîtres mots de carrières qui ne seront pas aussi prévisibles qu’elles l’ont été par le passé ».

« Si l’orientation est une question fondamentale pour un collégien, un lycéen, un étudiant, c’est une question fondamentale de notre vie à tous : au-delà de votre parcours d’études, de votre choix d’études post bac, de votre projet professionnel, c’est une question qui se poursuit tout au long de la vie ; elle concerne la construction de notre vie, la place qu’on veut prendre dans ce monde. L’orientation est une compétence à développer tout au long de sa vie. »

*Conseil Académique de Vie Lycéenne.