Mission laïque française

François Perret réunit les instances Mlf/OSUI

Instances Mlf-OSUI

Le 25 juin se sont tenues les instances de la Mission laïque française et de l’Office scolaire universitaire international. En présence du directeur de l’AEFE, Olivier Brochet, de Laurent Bili, directeur général de la Direction générale de la mondialisation, de la culture, de l'enseignement et du développement international, Myriam Grafto, cheffe de département au sein de la délégation aux relations européennes et internationales et à la coopération et Hervé Tilly (DREIC).

La tenue des instances constitue un moment fort de la vie de l’association. Le président, François Perret, y délivre son rapport moral et le directeur général, Jean-Christophe Deberre détaille la situation de chaque établissement en pleine responsabilité (EPR). La trésorière générale, Sylvie Esparre, présente les budgets prévisionnels pour l’année solaire suivante.

François Perret fait le point sur la réforme de l’enseignement français à l’étranger, suite à l’annonce présidentielle de doubler les effectifs des établissements homologués d’ici 2030. La Mlf a été reçue et entendue à à plusieurs reprises depuis le début de l’année par les autorités ministérielles ; avec le ministre de l’Education nationale en février, à deux reprises par le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères en mai et par le conseiller du Président de la République en juin. Les convictions défendues par la Mlf tiennent en 3 points fondamentaux:

  • la Mlf est partie prenant du développement de l’EFE mais indique la nécessité de veiller aux écueils d’une approche comptable au détriment de la qualité. Les établissements français ne doivent pas se nuire mutuellement.
  • l’objectif présidentiel doit être rapporté aux conditions de sa faisabilité. En effet, les géographies possibles ne sont pas si nombreuses.
  • l’enseignement français se heurte aux limites de son financement.
Les membres de droit du conseil d’administration, Paris, 25 juin 2019

François Perret indique que « le projet de réforme gagnerait à être plus précis sur le rôle des différents opérateurs pour éviter la marchandisation de l’enseignement français, la dérégulation et la banalisation qui affaiblirait les critères d’homologation« . François Perret et les membres de l’association en appellent depuis longtemps à une pilotage fort de l’Etat.

Dans un deuxième temps, le président de la Mission laïque française a passé en revue les faits marquants de la période janvier – juin 2019 :
– la réimplantation à programmer (Alexandrie), le regroupement du primaire et du secondaire (Rabat), la refonte et réhabilitation de site (Addis Abeba).
– la situation critique des établissements au Liban
– un développement toujours soutenu du réseau de l’Office scolaire Universitaire International (OSUI)
Concernant la vie du réseau mlfmonde, le président rappelle que la notion de « culture d’établissement » est et sera l’objet des congrès 2019 et 2020. Au Liban, un séminaire de rentrée prendra une forme exceptionnelle en rassemblant tous les professeurs des 5 établissements Mlf à Beyrouth. Enfin, une évaluation du Grand lycée franco libanais (première du genre à l’étranger) sera conduite sous la responsabilité de Frédérique Alexandre-Bailly, rectrice de l’académie de Dijon, avec l’appui d’experts français et étrangers francophones, une démarche jugée positive par le ministre de l’Education nationale.

2019 est l’année de lancement des nouvelles orientations stratégiques pour les 5 années à venir, fruits de l’analyse synthétique de la situation de l’association et de son réseau et de l’évolution des contextes économique et financier, mais aussi politique et de sécurité.