Mission laïque française

La Cie du Coleoptere, Dakhla nov2016

A la croisée des cultures plurielles, la Compagnie du Coléoptère a résidé dans les écoles Osui de Dakhla et Laâyoune, pour animer des ateliers d'expression artistique auprès des élèves.

De novembre à décembre 2016, les écoles Odette du Puigaudeau à Dakhla et Paul Pascon à Laâyoune ont accueilli en résidence les deux artistes, Yannick et Maren, de la Compagnie du Coléoptère dans le cadre du projet « échanges métissés ». Il s’agit là de la première partie de ce projet puisqu’il est mené dans ces écoles tout au long de cette année.
« Echanges métissés » a vu le jour après deux longues années de préparation. Il s’agit d’un projet franco-marocain partenarial entre trois écoles en France (Luzy, Nevers et Ternant) et les deux écoles du sud du Maroc (Laâyoune et Dakhla) qui vise « à favoriser l’échange d’expériences, le transfert de savoir-faire et le renforcement de compétences, entre jeune public, enseignants et artistes issus des Provinces du Sud du Maroc et réciproquement de Bourgogne-Franche-Comté, en France. Cette initiative pluridisciplinaire et passe-muraille a pour but de générer, au Maroc comme en France, du lien social au moyen de la réalisation d’un long métrage en quatre parties aux scénarios distincts et la mise en scène de cultures plurielles. Elle désire mettre en lumière le terreau commun aux cultures, l’universalité de la condition humaine, mais aussi les différences, le contraste entre technologies modernes et fonctionnements anciens. »
C’est ainsi que les deux artistes confirmés, qui proposent des spectacles autour du mime et de la musique à travers le monde, ont animé des ateliers d’expression corporelle basés sur le mime pour les élèves de la petite section à la 6ème pendant deux semaines. Petits et grands ont donc participé à ces différents ateliers (découvertes, recherche d’expressions corporelles et faciales, improvisation) et ont pu présenter un spectacle, fruit de cette expérience.
La compagnie Coléoptère à Laayoune, décembre 2016
Ce projet a pour ambition d’éveiller les élèves dès le plus jeune âge à l’art. Comme le disent Yannick et Maren : « Notre travail tend à transmettre des outils d’expression corporelle, à développer l’imaginaire, à ouvrir les portes de la créativité, à chercher les énergies, les images, les couleurs et tout un matériel sensitif qui rend le corps prêt à toute expérience avant même l’acte théâtral. Nous voulons aider l’artiste qui est en chacun de nous à être interprète, metteur en scène et auteur de son propre corps. ».
Quelle joie de voir les sourires des élèves lors de ces ateliers ! Ils ont appris à communiquer avec leur corps, ils se sont essayé à l’art du mime, ont appris à être acteurs mais aussi spectateurs ; ils ont aimé regarder les autres, se regarder et partager leurs regards.
Au cours du mois de février 2017, les artistes retourneront dans les deux écoles pour le tournage d’un film dont les élèves de CE2 et de CM1 de Laâyoune et les CM1 et CM2 de Dakhla seront acteurs.