Mission laïque française

« Chess peace », la San Diego French American School participe au concours Eustory

"La paix dans la Grande Guerre : des tranchées au projet d’une Europe Unie”. C’est le thème du concours d’histoire scolaire franco-allemand Eustory 2017-2018, lancé dans le cadre de la commémoration du centenaire de la Grande Guerre. L’école franco-américaine y a participé en proposant un court-métrage de 15 minutes produit avec la German Pacific School de San Diego et le San Diego Museum of Art. Un projet qui a placé les élèves au cœur de l’action et les adultes en soutien de leurs idées. Initiatives et réalisations, dans un climat de collaboration inclusive et euphorisante.

Source : Benedicte Brouder, Middle School Director à la San Diego French-American School

 

En août 2017, suite à un appel à participation lancé par la Mission laïque française aux écoles de son réseau, la directrice de la San Diego French American School (SDFAS) et un professeur d’histoire-géographique se lancent dans le concours Eustory.

 

Chess peace 15min from Alexandra Films on Vimeo.

Eustory, un concours qui vise à éveiller chez les élèves un intérêt pour leur histoire locale et familiale

Eustory est le résultat d’un travail pédagogique autour de l’histoire franco-allemande, entrepris en 2014 par la Fédération des Maisons Franco-Allemandes et la Mission du centenaire de la Première Guerre.
Concours d’histoire scolaire franco-allemand, il est ouvert aux élèves de la 4e à la terminale. Les élèves peuvent participer individuellement ou collectivement, en tandem avec des élèves allemands ou non.
Il vise à éveiller chez les élèves un intérêt pour leur histoire locale et familiale respective et à inscrire des événements locaux dans un contexte international. Il invite ainsi les élèves à la recherche et à la découverte, en s’appuyant sur des sources primaires, en interrogeant leur entourage familial, etc.
Les enseignant(e)s qui encadrent leur classe ou un groupe d’élèves sont invité(e)s à mener leur projet et leur travail pédagogique avec un groupe ou une classe partenaire allemand(e) afin de pouvoir échanger sur la thématique donnée et d’inclure dans le travail commun le point de vue du voisin européen.

 

Un travail pédagogique mené en partenariat avec la German Pacific School

La German Pacific School de San Diego, avec laquelle l’école américaine avait déjà des liens, est contactée, et sa directrice adhère au projet avec enthousiasme.

Dans chaque école, un groupe d’élèves d’âges et de niveaux de classe variés est recruté, avec un noyau porteur de projet d’élèves de classe de quatrième.

Pour des raisons logistiques, les deux écoles ne peuvent se réunir pour travailler ensemble en présentiel que les samedis. C’est ainsi que, naturellement, des parents se prennent au jeu et participent activement avec leur(s) enfant(s) aux réunions de travail.

Étant dans un environnement anglophone, les participants au projet ont jonglé en permanence avec trois langues (anglais, français et allemand) lors des séances de travail, de répétition et de tournage, pour produire un court-métrage bilingue français/allemand.

Si l’action du film se situe à l’époque actuelle, ce sont surtout par des éléments historiques authentiques que les participants ont essayé de respecter la vérité historique : grâce au soutien du directeur allemand du San Diego Museum of Art, le musée a accepté de sortir de ses réserves un tableau d’Otto Dix qui apparaît comme pièce maîtresse d’une des scènes du film. Une enseignante a aussi accepté de mettre à disposition les carnets authentiques de son ancêtre ainsi que des photos de famille.

Le détail des phases de travail