Mission laïque française

Centenaire de l’Armistice de la Grande Guerre à Djeddah et Al Khobar

Sur scène ou dans la salle de classe, à travers des écrits ou des chants, les élèves du réseau mlfmonde ont commémoré le centenaire de la grande guerre. Les manières diffèrent mais les objectifs sont partout identiques : comprendre et agir ensemble.

Histoire et philosophie s’affichent à Al Khobar

Les élèves du lycée français d’Al Khobar ont, quant à eux, réalisé des affiches traitant de sujets historiques et réflexions philosophiques autour du thème central de la Grande guerre : La Première Guerre mondiale 1914 – 1918 ; Panser la guerre, penser la paix ; Le Moyen Orient dans la Première Guerre mondiale ; Paroles de poilus : les poilus dans la Grande Guerre ; Les Américains dans la Première Guerre mondiale ; Histoire des arts : la Grande Guerre à travers l’art ; De Rethondes à Versailles : la paix ?; La brutalisation des sociétés ou l’ensauvagement des hommes.

Mémoire et mots de l’Histoire à Djeddah

A l’école française internationale de Djeddah, devant un auditoire composé des parents d’élèves et de personnalités du monde diplomatique, de l’éducation, de la culture et des armées, près de quatre-vingt jeunes adolescents, issus de six écoles internationales ont animé un après-midi d’exception. Dès le début de la cérémonie, une procession des drapeaux des six pays, dont certains jadis étaient ennemis, a traversé la salle pour se rassembler sur scène. Les interventions des élèves de chaque établissement se sont succédées pour traiter de la Grande Guerre : les origines, les différents fronts, la guerre des tranchées, la première guerre mondiale dans le Hedjaz, le bilan de cette tragédie, et l’espoir qu’apportera par la suite la construction européenne. Les hymnes nationaux chantés par les élèves dans les différentes langues ont fait écho à la solennité du moment.
Parmi les très nombreux moments chargés d’émotion, il y eut le poème « les morts » de René Arcos, mis en musique par J.V. Mione et joué par deux lycéens, puis cette lecture faite par un élève de CM2 de la dernière lettre de son arrière-grand-père mort au front, ou encore les saynètes très inspirées présentées par les élèves de l’école guinéenne. Chaque école, chaque enfant aura porté haut les couleurs de son pays et les sacrifices de ses aïeux, en transmettant avec justesse et gravité ses ressentis culturels. L’Ode à la joie de Beethoven, hymne européen, entonné par les voix chargés d’espérance de tous les enfants réunis sur scène, a marqué la clôture de cette cérémonie de mémoire et de fraternité.

Contributions de Christian Nonnenmacher, proviseur de l’école française internationale de Djeddah et de Nougoum Brahim, professeur d’histoire géographie et de philosophie, Lycée français d’Al Khobar